top of page

La politique d’insertion des jeunes revue par la Cour des comptes


La Cour des comptes publiait ce mardi 14 décembre un rapport ciblant les publics en difficulté, et notamment les jeunes. On compte aujourd’hui près de 37% d’entre eux, soit plus d’un million, ni en emploi, ni en études, ni en formation qui perdent totalement le contact avec le service public et/ou tout organisme d’insertion. La Cour des comptes met le doigt là ou il est nécessaire d’appuyer pour faire avancer les choses de manière plus concrète.


À ce jour l’accompagnement des jeunes « n’a pas encore permis une amélioration décisive de leur situation » et les résultats « demeurent modestes ».


Un rapport qui pousse la réflexion sur l'accompagnement des jeunes décrocheurs


Même si de nouvelles mesures verront le jour en 2022, comme, le Contrat d’Engagement Jeune (CEJ), la Cour des comptes veut s’assurer que ce projet lancé par le Gouvernement soit réalisable et viable, sans que cela ne devienne un gouffre financier qui en plus n’aura pas généré de résultats satisfaisants. L’objectif du gouvernement étant d’accompagner chaque année 500 000 jeunes en situation de décrochage.


« Chacune des étapes du futur Contrat d’Engagement Jeune devrait être définie, inscrite dans un calendrier, et ses résultats évalués en tant que tels ». « Seuls des programmes dont la qualité est ainsi avérée pourraient continuer à bénéficier des financements de l’État » détaille la Cour des comptes.


Elle présente alors des pistes d’amélioration afin de mieux cibler les jeunes, et ainsi les orienter vers des dispositifs plus adéquats. « Le profil des jeunes en dispositif d’accompagnement intensif ne se distingue pas véritablement des autres jeunes suivis » explique la Cour des comptes. D’où la nécessité de renforcer les efforts sur le repérage de ces jeunes décrocheurs.


Quelles sont les quatre pistes d’améliorations proposées par le rapport de la Cour des comptes ?


On le sait désormais, malgré les dispositifs mis en place grâce à de nombreuses réformes successives, le taux de chômage des 15-24 ans est proche des 20%. On retrouve également 10% des 750 000 jeunes sortant chaque année du système scolaire sans qualification. Cela, en dépit des actions menées par le Gouvernement, pour l’accompagnement intensif des jeunes demandeurs d’emploi ou encore de l’apprentissage.


« Malgré des dispositifs nombreux, l’insertion professionnelle des jeunes demeure difficile dans notre pays et leur parcours vers l’emploi est incertain et heurté. » Extrait du rapport de la Cour des comptes.


Dans le but d’y remédier, la Cour des comptes invite à se pencher particulièrement sur les 4 leviers suivants :

  • Une action plus résolue en direction des jeunes les plus éloignés de l’emploi.

  • Une meilleure orientation vers les dispositifs adaptés aux besoins.

  • Un renforcement de la qualité des parcours d’insertion.

  • La nécessité de mieux coordonner les multiples acteurs impliqués dans leur accompagnement jusqu’à l’emploi.


Source : www.ccomptes.fr



Ce rapport a pour ambition de contribuer à concilier l’efficacité des politiques publiques et le soutien à une croissance durable.


Découvrez le rapport complet ci-après :






Pour aller plus loin, le plan de formation "Ambition Enfance Egalité" et nos parcours de formation.





Comments


bottom of page